Bipolaire.......tous ensemble !

Forum Officiel Français destiné aux personnes bipolaires et/ou borderlines ainsi qu'aux autres troubles psychiatriques comme les T.O.C, la schizophrénie, la dépression.....
 
AccueilAccueil  FacebookFacebook  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  PublicationsPublications  
Bonjour à tous et bienvenue sur le forum officiel de votre groupe "Bipolaire.......tous ensemble !"

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Psychologiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
C£C£ V£G@

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 30/05/2017
Age : 36
Localisation : Clermont Ferrand

MessageSujet: Psychologiques   Lun 5 Juin - 5:00

L’humeur est une réaction affective fondamentale se manifestant sur trois plans. Tout d’abord, elle donne une coloration agréable ou désagréable aux événements que nous vivons. Ensuite elle influence notre façon de ressentir, penser et agir. Enfin, l’humeur influence la capacité de l'organisme à agir sur son environnement principalement aux personnes proches. L’humeur de chacun dépend de multiples facteurs. Les événements vécus et les ambiances psychiques et inter-relationnelles liées à l’histoire personnelle. L’humeur dite « normale » fluctue donc vers le haut ou vers le bas, mais ces variations restent limitées en durée et en intensité. Elles constituent généralement une réponse à des événements particuliers et n’empêchent pas l'individu de fonctionner dans son environnement. Elles n'entraînent pas une souffrance que le sujet juge importante ou anormale.
Le rôle des facteurs psychologiques et environnementaux dans le déclenchement de la maladie et des accès a longtemps été minimisé, cette pathologie étant considérée comme endogène. Les facteurs environnementaux fragilisants sont de mieux en mieux identifiés. Les études génétiques de liaison permettent d’identifier les régions chromosomiques porteuses des gènes probablement impliqués dans cette maladie, en particulier les régions 13q31 et 22q12. Les autres facteurs de risque peuvent concerner des événements précoces de vie, comme le deuil d’un parent, une carence affective ou des agressions sexuelles dans l’enfance. Les études longitudinales montrent qu’avant le déclenchement de la maladie, il existe des déficits cognitifs localisés, touchant notamment la fonction visuospatiale (ou visiospatiale). Ces déficits cognitifs renvoient probablement à des anomalies neuro-développementales en rapport avec les facteurs de risque génétiques. Les études de neuro-imagerie fonctionnelle montrent des dysfonctions lors de l’exécution de tâches cognitives touchant notamment le circuit fronto-striatal. Au cours de la vie, il existe d’autres facteurs précipitant tels que : les événements pénibles de vie (difficultés conjugales, problème professionnel ou financier…) et les périodes de stress répétées (surmenage professionnel, manque de sommeil, non-respect des rythmes biologiques propres). Il a également été démontré qu’un niveau d’expression émotionnelle élevé dans les familles (emportements ou cris pour des événements mineurs) était un facteur précipitant de la maladie. À l'inverse, un environnement familial ou social niant la réalité de troubles ou stigmatisant toute variation de l'humeur aura pour conséquence un déni de la maladie qui ne peut qu'entraîner un retard dans la prise en charge et une exposition accrue aux risques de la bipolarité.
Sur un plan théorique, une succession causale peut être décrite : les événements de vie sont à l’origine de dérèglement des rythmes sociaux, générateurs de perturbations des rythmes biologiques, qui entraînent elles-mêmes les récurrences dépressives et maniaques. Dans la conceptualisation de l’évolution des accès thymiques du trouble bipolaire selon le modèle cognitivo-comportemental, on envisage les épisodes de décompensation de l’humeur comme le début d’un cercle vicieux qui provient des modifications des pensées et des émotions générées par le changement d’humeur et qui vont entraîner des changements des comportements ; ces altérations ne vont pas tarder à dégrader le fonctionnement habituel de l'individu et à générer des problèmes psychosociaux qui eux-mêmes vont créer du stress et des conséquences sur le sommeil (entre autres) participant ainsi à intensifier en boucles les symptômes déjà présents ou précipitant un nouvel accès ultérieur. Il est établi que les perturbations des rythmes sociaux, conséquences d’événements plus ou moins sévères, favorisent le risque de récidives de troubles thymiques. Les données de la littérature concernent essentiellement le sommeil. Elles portent sur la privation de sommeil et l’induction de manie, sur les manies induites par des voyages Ouest-Est, sur les manies induites par des perturbations des rythmes sociaux. La privation de sommeil est réputée pour avoir des propriétés antidépressives et peut donc provoquer une rechute car les bipolaires privés d’une nuit de sommeil sont en effet sujets à des décompensations maniaques. Le « déphasage » qui peut exister entre les rythmes sociaux et les rythmes biologiques constitue aussi une cause de récidive.
L’influence des événements de vie tendrait à décroître en fonction du nombre de récidives car la succession d’épisodes provoque une sensibilisation, c’est-à-dire une vulnérabilité biologique croissante vis-à-vis des événements déclenchants ou précipitants. Il existe aussi certainement un dysfonctionnement neuronal ainsi qu’une perte de neurones dans l’hippocampe des patients souffrant de troubles bipolaires. Ainsi, une étude en spectroscopie protonique par IRM a montré que la concentration en N-acétyl aspartate, un acide aminé présent normalement dans l’hippocampe, est diminué chez les patients souffrant de troubles bipolaires et s’aggrave avec l’ancienneté du trouble. D’autres anomalies sont retrouvées, en particulier au niveau de la partie antérieure du gyrus cingulaire où il existe un dysfonctionnement dans la régulation des neurones glutamaergiques. Il existe par ailleurs des anomalies morphologiques, notamment du cervelet, retrouvées chez les patients bipolaires ayant fait plusieurs épisodes de trouble de l’humeur. Ainsi, l’étude de Mills et al. compare le volume du cervelet chez des patients bipolaires après un épisode et après plusieurs épisodes de la maladie en IRM et montre que celui-ci est plus petit chez les patients ayant fait plusieurs épisodes. De même, un élargissement ventriculaire est trouvé chez les patients ayant fait plusieurs épisodes maniaques.
Il semble exister une cause génétique commune avec la schizophrénie, les parents et les proches d'individus ayant une schizophrénie ont un risque plus élevé de trouble bipolaire et vice-versa, montre la recherche, ce qui fait poser la question par certains de la réalité de la distinction entre les deux syndromes50. À noter que le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) et la classification internationale des maladies (CIM), sont actuellement en processus de révision (la publication du DSM-V étant attendue pour 2012), ils considèrent que la conception binaire de ces deux maladies devrait être abandonnée dans les prochaines éditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bipotousensemble.forumactif.com
 
Psychologiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos fantasmes psychologiques
» Films/séries psychologiques ?
» syndromes psychologiques,, hallucinant
» Types psychologiques de Jung.
» site psychoéducation -Des conseils psychologiques Pour mieux vivre

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bipolaire.......tous ensemble ! :: Le Trouble bipolaire :: Causes :: Psychologiques-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: